MOPP - Mission ouvrière Saints-Pierre-et-Paul

la misericorde dans la grande banlieue d’Osasco

Barueri, Jardim Belval 1982-1989

Gaspard, Jomar, Gil, Agostinho, Francisco, Michel... 

De l’éditorial de Manfred extrait de la lettre bleue 1983 :

Chers amis,

"Merci, Seigneur, de me permettre de partager le sort de tant de pères de famille au chômage : c’était la prière d’Agostinho le soir du 1er juillet après ses 9 heures de boulot. Il venait de recevoir ses 8 jours ainsi que bien des copains du boulot". Claudio qui est aussi au chômage, écrivait cela dans une lettre.

Le chômage n’est pas seulement un poids qui pèse sur la vie des équipes au Brésil. Encore pendant le mois de juillet, Guy de l’équipe Noisy-le-Sec a été licencié 2 jours avant d’accomplir les 6 mois au travail qui lui auraient garanti un emploi stable.

Jomar qui travaille une semaine de jour et une semaine de nuit sent le poids d’un travail dîner fatigant et se demande : Jusques à quand vais-je tenir ie coup ? Il attend ses vacances en octobre » mais il a en même temps la préoccupation d’être licencié avant de commencer ses vacances.

En août, Gil pouvait écrire : Ce matin, 4 h 45 debout, et vite au boulot. Je viens de terminer ma première journée de travail "en usine" au Brésil, "graças a Deus". Qu’il me garde là tout le temps qu’il voudra. Je commence avec un salaire minimum de la catégorie "ébéniste", c’est de 50.000, cruzeiros (78,50 S U.S.) par mois. Pour un débutant, c’est très bien. J’espère que ce jour sera suivi par beaucoup d’autres ; et Gaspard ajoute : C’est une grande joie pour nous de voir Gil au travail !

Comment ne pas penser, chers amis, à la première phrase de Gaudium et Spes : « Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur cœur ».

Ce que beaucoup de gens d’aujourd’hui sentent et vivent, les frères de la MOPP sentent et vivent aussi. J’aimerais pouvoir raconter seulement des joies et des espoirs et je ne désire pas que la vie de mes frères soit pleine de tristesses et d’angoisses.

Cependant, je peux rendre grâce au Seigneur aussi avec Agostinho, non parce que je suis content de le voir de nouveau au chômage, mais parce qu’il partage vraiment le sort de tant de pères de famille. C’est ce que nous appelons ’vivre en communauté de destin" avec les ouvriers et leurs familles qui nous entourent. Et c’est une condition pour l’annonce de l’Évangile.

Inspiré par l’expérience du Père Lebret, Jacques a montré ce que cela veut dire : "C’est uniquement par la prise en charge des hommes, la plongée dans le bain, qu’on montrera l’authenticité de sa vie et du don de soi aux autres". (Vous serez mes disciples, p.95) "À l’origine et au cœur de l’action du Père Lebret, il y a la miséricorde évangélique. Se faire des entrailles de miséricorde. Pour lui, la miséricorde consiste à vivre en communion avec les hommes, à devenir l’un deux, à faire entrer leur misère dans son propre cœur." (p. 94)

1987_Barueri_Jardim_Itaquiti


Documents

  • 1983 LB Barueri et Contagem

    Extrait de la LB 1983 pour le Brésil

    Télécharger