MOPP - Mission ouvrière Saints-Pierre-et-Paul

un veritable noviciat à l’école des moines

Citeaux 1956-1959

PORT-DE-Bouc, 15 SEPTEMBRE 1957, fête de Notre-Dame-de-toutes-les-Douleurs
« Pour la seconde fois, nous avons passé, cet été, un mois à Cîteaux et, pour la troisième fois, nous avons eu notre session d’une semaine à Passe-Prest auprès du Père Bernard, accueillis par les Sœurs dominicaines de la Sainte Famille. C’est une grâce de choix que l’accueil incomparablement fraternel de ces deux monastères si divers par leur site, leur style de vie (et leurs régimes) ! 

arton278A Cîteaux, avec les étudiants de la Mission, nous avons retrouvé cette Trappe de près de cent moines, pères et frères, laborieux, austères, et tout souriants de la présence de Dieu dans leur âme : ils sont vraiment nos maîtres et nos soutiens dans la foi et nous font prendre conscience (par le prix qu’ils mettent eux-mêmes pour l’obtenir) de la valeur inestimable de l’unique recherche de Dieu. Cette année était marquée par le fait que nous venions à Cîteaux, non seulement pour une retraite, mais pour un véritable noviciat. J’étais, certes, un maître des novices bien novice lui même pour aider l’équipe à désirer ardemment ces grandes réalités surnaturelles, dont je sens pourtant si profondément la nécessité, mais dont il faut vivre plus encore, pour pouvoir les communiquer. je crois cependant, qu’avec la grâce du Christ, l’aide de Notre-Dame, de nos Apôtres saints Pierre et Paul, nous pénétrons de plus en plus dans cette volonté de vie contemplative qui nous mènera elle-même à la pleine vie apostolique.

Port-de-Bouc, 19 septembre1959, anniversaire de Notre-Dame de La Salette

Nous avons, pour la quatrième fois, passé le mois d’août à la Trappe de Notre-Dame de Cîteaux. C’est là l’un des points les plus solides de notre vie. Nous réalisons maintenant que c’est vraiment Dieu qui nous y a menés en 1956, non que nous ayons à mener la vie des moines (ni même celle de nos très aimés Petits frères de Foucauld), mais l’arbre de notre Mission ayant une de ses racines à la source même de la vie contemplative la plus authentique y puise des certitudes et des espérances, des forces et des joies qui viennent de Dieu même. Grâce à cette tradition de près de mille cinq cents ans (saint Benoît a écrit sa règle vers 529), les textes les plus modernes, - ceux de Pie XII sur les Instituts séculiers datent d’il y a douze ans – prennent toute leur grandeur.

Jacques Loew ( Lettre aux amis 1957 , "les cieux ouverts" 1971)


Documents

  • 1959 Jalon pour notre mois de Cïteaux

    Des notes simples, rappeler les choses élémentaires mais indispensables

    Télécharger