MOPP - Mission ouvrière Saints-Pierre-et-Paul

un portrait de l’apôtre d’aujourd’hui

Comme s’il voyait l’invisible

AVANT-PROPOS

Ce livre n’a qu’un seul but : restituer au mot « apôtre » sa richesse et sa grandeur, osons le dire, son exclusivisme. Non pas qu’il ne puisse y avoir d’autres spiritualités apostoliques, excellentes et meilleures que celle décrite ici, mais le mot apostolat est accolé aujourd’hui à tant de réalités diverses qu’il risque, aux yeux de beaucoup et des apôtres eux-mêmes, d’y perdre son sens fort. N’importe quelle générosité, même héroïque, n’est pas l’apostolat, et toute œuvre dans l’Église, même excellente, n’est pas forcément apostolique, ni toute présence au monde.

Pour saint Paul, ce mot s’appliquait d’abord, et pleinement, à «  l’apôtre et grand prêtre de notre profession de foi, Jésus » (Héb. 3, 1), car Jésus est par excellence « l’Envoyé du Père », « celui qui le manifeste » (Jn 3, 17, 34). En lui seul l’apostolat prend sa source. Ce Christ par un extraordinaire amour envoie à son tour les Douze « comme » son Père l’a envoyé. Ils sont les messagers par excellence, les Apôtres. Pour l’éternité, dit l’Apocalypse, le rempart de la Jérusalem « repose sur douze assises portant chacune le nom des douze Apôtres de l’Agneau » (Ap. 21, 14). Paul, l’avorton, le persécuteur, ne leur cède en rien. Lui aussi, dans sa chair, a vu le Christ ressuscité et a reçu de lui mission d’être son témoin.

1987_comme_s__il_voyait_l__invisible

A la mort du dernier Apôtre un privilège incommunicable s’éteint : la Révélation dont ils étaient l’instrument personnel est achevée. « O Timothée, garde le dépôt, écrit saint Paul, évite les discours creux et impies et les objections d’une pseudo-science » (1 Tm. 6, 20). Rien ne pourra plus être ajouté, mais ce trésor, la perle entre toutes précieuse de l’humanité, devra être transmis, communiqué, explicité et, à chaque génération, vécu en Église : Timothée, Tite et, jusqu’à la fin de notre terre, nos évêques ont reçu du Seigneur cette charge, apôtres successeurs des Apôtres.

Mais à cette œuvre : annoncer le message du Sauveur, tous sont appelés à participer, déjà au seul titre de leur baptême et de leur confirmation, ou spécialement mandatés par la Hiérarchie. Cet envoi au monde de tout chrétien est l’une des grandeurs de notre époque.

Et voici que certains hommes se proposent pour en faire le but unique, la joie et le tourment de leur vie : « Me voici, envoie-moi » (Is. 6, 8). A ces derniers ce livre s’adresse davantage, mais à tous il voudrait rappeler la grandeur de cette réalité et aider à établir la Mission à l’altitude voulue qui est surnaturelle.

Les pages qui suivent portent cependant et forcément la marque du contexte où elles sont nées : le rôle et la place de l’équipe, par exemple, le choix de telle option pourront déconcerter certains. Le lecteur voudra bien considérer que ces indications sont données comme des exemples et des illustrations pratiques, non comme des modèles exemplaires. Mais donner au mot "apôtre" sa clarté et sa fermeté, et, pour cela même planter quelques jalons indéracinables sur l’itinéraire des apôtres d’aujourd’hui, tel reste le but de ce livre et ce qui a poussé à l’écrire. Dans un monde qui élargit ses dimensions au point d’être lui-même saisi de vertige, l’apôtre rappelle le seul véritable : Jésus-Christ et rien d’autre.

Documents

  • 1964 Comme s’il voyait l’invisible

    Ce livre a connu plusieurs éditions. Le texte est de l’édition 1987 et l’image de l’édition du centenaire 2008

    Télécharger