MOPP - Mission ouvrière Saints-Pierre-et-Paul

Il m’a envoyé annoncer la bonne nouvelle aux pauvres

Jean Marie Mazeran 1930-2007

Points de repère de la vie à la MOPP de Jean Marie Mazeran

Jean Marie nait à Toulouse le 25 octobre 1930, sa famille est chrétienne, il sera baptisé le 4 novembre.

Il connait la MOPP dans sa jeunesse, il est parmi les premiers à se présenter à Jacques à Marseille et ensuite à Port de Bouc. De lui reste une photo avec Tonio Novales et Jacques Grout sur l’album de Fêtes et Saisons de 1957 dédié à l’Eglise, page 6, où Jacques 1957_Jean_Marie_Mazeranle présent ainsi « originaire du midi (ça s’entend), ancien scout routier, voulait être missionnaire en pays lointains. Il a découvert l’incroyance de ses proches amis ouvriers et a voulu y répondre. » La date de cette présentation est du 6 aout 1956, faite à Cîteaux à l’occasion du « premier mois de Cîteaux », Jacques les présente comme candidats pour devenir prêtres de la mopp. Il le deviendra, après Tonio, et sera ordonné le 29 juin 1959 à Port de Bouc. Pour y arriver a achevé ses études chez les dominicains : d’abord à S. Maximin et ensuite à Toulouse.

En 1960 sa première mission est à Toulouse, paroisse de ND de l’Espérance, dans le nouveau quartier de Sauzelong où il faut commencer à zéro. Avec lui Tonio, Dominique, Louis. Ils resteront jusqu’à en 1969.

1964 - ici lettre à Jacques à l’occasion des ses 25 ans de sacerdoce 

En 1970, après un temps d’étude à Fribourg, sera envoyé au Brésil, à Salvador. Après son cours d’inculturation au Cenfi, il s’appellera João. A Salvador, avec Claudio et Jomar, fera ses classes de religiosité populaire afro-brésilienne, qui le marquera d’une façon durable. En 1974, après un retour à Fribourg, il descendra dans la région de S. Paulo au Brésil pour aider à conclure en 1976 la première mission commencée à Vila Yolanda en 1963. Il reprendra tout de suite, un peu plus loin, dans la même région à Jardim Veloso, avec Gaspard et Agostinho, le premier stagiaire brésilien, Jomar les rejoindra en 1979.

En 1982 il rentre en France et il devient curé de la paroisse de 1984__Noisy___Jean_MarieNoisy le Sec, avec lui Pierre Eyroi et Guy Biton et ensuite Nico et autres. Il y restera 16 ans jusqu’à en 1998, il donnera le mieux de lui même en laissant une trace ineffaçable, grâce à la sagesse murie et un regard neuf sur la France. En 1998 en équipe avec Bruno se déplace à la paroisse de Montfermeil, toujours dans la même région de la Seine Saint Dénis. Arrivent Nico et ensuite Eric qui vont habiter tout proches, dans la cité « difficile » des Bosquet. Il y reste avec bonheur jusqu’à en 2004, lorsque les forces commencent à décliner.

Il a alors 74 ans. Il descende vivre dans sa terre d’origine, son sud bien-aimé, à Toulouse. Il vivra d’abord avec l’équipe, ensuite se déplace chez les Petites Sœurs des pauvres, qui le soigneront avec l’aide de Mireille, une vieille amie de l’équipe, jusqu’à sa mort le 18 février 2007 à 77 ans.


Documents

  • 2007 Jean Marie points de repère de vie

    Jean Marie, ancien scout routier, voulait être missionnaire en pays lointains. Il a découvert l’incroyance de ses proches amis ouvriers et a voulu y répondre.

    Télécharger
  • 2007-02-18 Mémento de Jean Marie Mazeran

    Photo à la rencontre avec Jean Paul II, après la rencontre de Fiuggi en 1989 et une parole dite à l’Assemblée de Landreville en 1998

    Télécharger